Retour page d'accueil Accueil du site > Indemnités forfaitaires complémentaires pour élections (IFCE)

Indemnités forfaitaires complémentaires pour élections (IFCE)

Versions antérieures de la circulaireLes versions antérieures des circulaires n’ont qu’une utilité optionnelle en cas de besoin particulier. Il faut donc utiliser ces documents avec précaution, notamment si vous doutez des informations qui y sont contenues. En cas d’incertitude, veuillez contacter le service info statut avant d’appliquer des dispositions peut être obsolètes.

Publiée le 12 avril 2002 - Mise à jour en juillet 2010

Références

  • Décret 2002.63 du 14 janvier 2002 relatif à l’indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires (IFTS) des services déconcentrés.
  • Décret 91.875 du 6 septembre 1991 pris pour l’application du 1er alinéa de l’article 88 de la loi du 24 janvier 1984 (régime indemnitaire des fonctionnaires territoriaux).
  • Arrêté du 19 mars 1992 modifiant l’arrêté du 27 février 1962.
  • Arrêté ministériel du 27 février 1962 relatif aux indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires susceptibles d’être allouées à certains fonctionnaires communaux.
Retour au sommaire

Introduction

L’arrêté ministériel du 27 février 1962 modifié (JO du 7 mars 1962) a fixé en son article 5 le régime des indemnités forfaitaires complémentaires pour élections (IFCE) que peuvent percevoir certains fonctionnaires territoriaux à l’occasion des consultations électorales. A ce jour, les dispositions de l’arrêté du 27 février 1962 relatives à l’attribution et au calcul de cette indemnité forfaitaire complémentaire pour élection demeurent inchangées à défaut de textes les remettant en question.

Cependant, les régimes des indemnités forfaitaires pour travaux supplémentaires (IFTS) et indemnités horaires pour travaux supplémentaires (IHTS) servant de références au versement de ces IFCE évoluent régulièrement en fonction notamment des évolutions du point d’indice, pour cette raison nous vous renvoyons à la circulaire « L’essentiel du régime indemnitaire ». Certains points de ce document contiennent des tableaux mis à jour en conséquence. L’ensemble des exemples cités dans la circulaire ci-dessous tient compte des montants en vigueur en 2013. Ils ne seront peut-être pas réactualisés en temps réel aussi nous vous invitons à repenser les exemples de cette circulaire au vu des modifications intervenant dans la circulaire « L’essentiel du régime indemnitaire » qui contient des développements actualisés à propos des IFTS et des IHTS.

Retour au sommaire

1. Conditions d’octroi des IFCE

1.1 – Une délibération préalable

1.1.1 – Une délibération antérieure

Aux termes de l’article 5 de l’arrêté du 27 février 1962, une indemnité forfaitaire complémentaire pour élections peut être versée, dans la limite des crédits ouverts ou rattachés à cet effet.

Il faut pour cela que le conseil municipal ait délibéré pour déterminer le crédit global affecté à cette indemnité. Il ne peut y avoir versement d’IFCE sans délibération valable du conseil municipal.

1.1.2 – Défaut de nouvelle délibération

Selon la position de la DGCL pour des scrutins de 2002, dans l’hypothèse où une commune n’aurait pas délibéré pour tenir compte des dispositions du décret 2002.63 du 14 janvier 2002 relatif aux IFTS, elle n’aura d’autre choix que d’appliquer la délibération précédente régissant ces IFCE, bien que la base légale sur laquelle elle repose soit périmée.

1.2 – Agents concernés ou exclus du bénéfice de l’IFCE

1.2.1 – Agents concernés

  • Agents ayant accompli des travaux supplémentaires à l’occasion d’une consultation électorale
  • En dehors des heures normales de service
  • Et non admis au bénéfice des IHTS.

Cette indemnité fait partie des éléments de rémunération liés à une sujétion particulière et dont l’octroi aux fonctionnaires territoriaux est admis, sous réserve de l’appréciation du juge, en dehors de tout principe d’équivalence avec les corps de la FPE. Toutefois, seuls les agents employés par une commune sont susceptibles de la percevoir (Conseil d’État, 3 décembre 1999, 157329).

1.2.2 – Cas d’exclusion : les agents soumis au régime des IHTS

Pour la participation aux opérations électorales, les agents bénéficiant du régime des IHTS se voient appliquer le régime des IHTS tel que défini par le décret 91.875 et par le décret 2002.60, et non pas celui de l’IFCE.

1.3 – Octroi de l’indemnité après service fait

Aux termes de cet article 5, le montant de cette I.F.C.E doit être calculé au prorata du temps consacré aux opérations électorales en dehors des heures normales de service.

Il est donc conseillé aux communes de mettre en place un système de comptabilisation des horaires des agents participant aux élections pour pouvoir fournir des justificatifs au trésorier payeur, et répartir le crédit global entre les bénéficiaires en fonction des heures effectuées par chacun.
Il faut préciser que lorsque deux scrutins différents ont lieu le même jour, le versement en double de cette I.F.C.E ne se justifie pas puisque ces heures ont été effectuées simultanément le même jour.

Retour au sommaire

2. Montants des indemnités IFCE

2.1 – Des montants fixés en référence au cadre d’emplois des attachés

Conformément à l’article 5 de l’arrêté du 27 février 1962, les montants de référence pour l’application de l’IFCE sont ceux de l’IFTS applicables au grade des « chefs de bureau », soit l’équivalent aujourd’hui pour les collectivités territoriales du grade d’attaché territorial.

Il s’agit en effet des agents de deuxième catégorie percevant l’IFTS, soit les fonctionnaires de catégorie A relevant d’un grade dont l’Indice Brut terminal est au plus égal à l’IB du grade d’attaché d’administration centrale et des services déconcentrés (IB 801).

2.1.2 – Des montants fixés en référence à l’IFTS

Quel que soit le type d’élection, les montants de référence sont identiques.
Sont pris alternativement en compte les montants maximums mensuel et annuel de l’IFTS.

Le décret 68.560 du 19 juin 1968 étant abrogé, aux termes des nouvelles dispositions du décret 2002.63 du 14 janvier 2002 (article 2), le montant maximum de l’IFTS n’est plus limité au doublement. Désormais, « le montant des attributions individuelles ne peut excéder huit fois le montant moyen annuel attaché à la catégorie à laquelle appartient l’agent ».

2.1.3 – Montant annuel maximum

Le montant maximum annuel peut ainsi varier en fonction de l’adoption par la collectivité du montant moyen annuel greffé d’un coefficient multiplicateur pouvant varier de 1 à 8, dans le respect des conditions fixées par le décret 2002.63. Depuis le 1er février 2007, si la collectivité a délibéré au regard du décret 2002.63, le montant de l’IFTS de référence (attachés territoriaux) est indexé sur la valeur du point. Nous vous invitons donc à vérifier l’actualisation des montants dès lors qu’elle a lieu dans le 6.3 de la circulaire du Centre de gestion relative au régime indemnitaire. Cette circulaire contient un tableau actualisé avec les montants (résultant éventuellement de la multiplication par les différents coefficients) de l’IFTS. Le montant mensuel s’obtient en divisant les montants du tableau par 12 (par exemple, en 2013, 1078,70 / 12 = 89,89 euros par mois). Pour plus de précisions consultez la circulaire régime indemnitaire à son 6.3 (consultez la colonne « agents de deuxième catégorie »).

2.2 – Élections présidentielles, législatives, régionales, cantonales, municipales, référendum, membres de l’assemblée de l’Union européenne

2.2.1 – Modalités de calcul

Le calcul de l’IFCE se fait sur la base des IFTS attribuées aux attachés territoriaux.

Le régime des IFTS a évolué avec l’intervention du décret 2002.63 du 14 janvier 2002, et leurs montants ont régulièrement été revalorisés depuis janvier 2002.

2.2.2 – Les bornes à respecter

Pour ces élections, l’IFCE est allouée dans une double limite cumulative détaillée ci-dessous.

Un crédit global

Ce crédit global est obtenu en multipliant la valeur maximale de l’IFTS mensuelle des titulaires du grade d’attaché territorial par le nombre des bénéficiaires. Attention : cet exemple est pris avec les montants en vigueur lors de la dernière augmentation de la valeur du point et ne sera peut-être pas réactualisé en temps réel.

Exemple : en prenant une valeur d’IFTS maximale représentant 4 fois le montant annuel, la valeur du crédit global obtenu multiplié par le nombre de bénéficiaires est alors la suivante :
(1 078,70 x 4) x 12 = 359,57 euros x nombre de bénéficiaires.

Une somme individuelle maximale

Cette somme est au plus égale au quart de l’IFTS annuelle maximum des attachés territoriaux dans la limite du crédit global.

Exemple : en prenant une valeur d’IFTS maximale représentant 4 fois le montant annuel, la somme individuelle maximale est alors la suivante : 4 314,80 / 4 = 1 078,70 euros.

2.2.3 – Cas de doublement des indemnités

Il est précisé par l’arrêté du 27 février 1962 que « les taux résultant de cette évaluation pourront être doublés lorsque la consultation électorale aura donné lieu à deux tours de scrutin ».

2.2.4 – Exemples de calcul

Il est rappelé que la répartition du crédit global s’effectue selon des critères propres à la collectivité dans le respect de deux limites énoncées précédemment, et au prorata des heures effectuées par les agents bénéficiaires.

L’ensemble des exemples suivants est basé sur une hypothèse où la collectivité a retenu une valeur d’IFTS maximale représentant 4 fois le montant annuel soit 4 314,80 euros, et d’un nombre de bénéficiaires de 1 ou 5 agents.

Exemples de calcul
Nombre de bénéficiaire(s)Calcul du crédit globalCalcul de la somme individuelle maximaleRépartition
5 (4 314,80 / 12) x 5 = 1 797,83 € 4 314,80 / 4 = 1078,70 € Si un agent perçoit le taux individuel maximal soit 1056,35 €,

le crédit à répartir auprès des 4 autres bénéficiaires sera réduit à concurrence de 719,13 €

1 4 314,80 / 12 = 359,57 € 4 314,80 / 4 = 1078,70 € Cas d’un seul bénéficiaire

Le montant maximal alloué ne peut en aucun cas être supérieur au crédit global : l’agent ne peut pas percevoir plus de 359,57 €

2.3 – Autres consultations électorales

Il s’agit notamment des élections sénatoriales, des élections aux conseils des prud’hommes, aux chambres d’agriculture ou des métiers, etc.

2.3.1 – Modalités de calcul

Le calcul se fait également sur la base des IFTS attribuées aux attachés territoriaux.

Pour ces élections, l’IFCE est allouée dans une double limite cumulative.

Un crédit global
Ce crédit global est obtenu en multipliant le 36ème de la valeur maximale annuelle de l’IFTS des attachés territoriaux par le nombre de bénéficiaires.

Exemple : en prenant une valeur d’IFTS maximale représentant 4 fois le montant annuel, la valeur du crédit global obtenu multipliée par le nombre de bénéficiaires est alors la suivante : 4 314,80 / 36 = 119,86 euros x nombre de bénéficiaires.

Une somme individuelle maximale
Cette somme individuelle est au plus égale au 1/12ème de l’IFTS annuelle maximale des attachés territoriaux, dans la limite du crédit global obtenu en multipliant par 1/36ème dans la limite du crédit global.

Exemple de la valeur maximale : en prenant une valeur d’IFTS maximale représentant 4 fois le montant annuel, la somme individuelle maximale est alors la suivante : 4 314,80 / 12 = 359,57 euros.

2.3.2 – Exemples de calcul

Il est rappelé que la répartition du crédit global s’effectue selon des critères propres à la collectivité dans le respect de deux limites énoncées aux paragraphes ci-dessus et au prorata des heures effectuées par les agents bénéficiaires.
L’ensemble des exemples suivants est basé sur une hypothèse où la collectivité a retenu une valeur d’IFTS maximale représentant 4 fois le montant annuel soit 4 314,80 euros, et d’un nombre de bénéficiaires de 1 ou 5 agents.

Exemples de calcul
Nombre de bénéficiaire(s)Calcul du crédit globalCalcul de la somme individuelle maximaleRépartition
5 (4 314,80 / 36) x 5 = 599,28€ 4 225,40 / 12 = 352,12 € Si un agent perçoit le taux individuel maximal, soit 359,57 €,

le crédit à répartir auprès des 4 autres bénéficiaires sera réduit à concurrence de 239,71 €

1 4 314,80 / 36 = 119,86 € 4 314,80 / 12 = 359,57 € Cas d’un seul bénéficiaire

Le montant maximal alloué ne peut en aucun cas être supérieur au crédit global : l’agent ne peut pas percevoir plus de 119,86 €

Retour au sommaire

Générer cette page en pdf | Imprimer la page