Retour page d'accueil Accueil du site > Astreintes et permanences

Astreintes et permanences

Versions antérieures de la circulaireLes versions antérieures des circulaires n’ont qu’une utilité optionnelle en cas de besoin particulier. Il faut donc utiliser ces documents avec précaution, notamment si vous doutez des informations qui y sont contenues. En cas d’incertitude, veuillez contacter le service info statut avant d’appliquer des dispositions peut être obsolètes.

Publiée le 12 juillet 2005 - Dernière mise à jour en novembre 2015

Références

  • Décret 2015-415 du 14 avril 2015 relatif à l’indemnisation des astreintes et à la compensation ou à la rémunération des interventions aux ministères chargés du développement durable et du logement.
  • Décret 2005.542 du 19 mai 2005 relatif aux modalités de la rémunération ou de la compensation des astreintes et des permanences dans la Fonction publique territoriale.
  • Décret 2003.545 du 18 juin 2003 relatif à l’indemnité de permanence attribuée à certains agents du ministère de l’Equipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer.
  • Décret 2003.363 du 15 avril 2003 relatif à l’indemnité d’astreinte attribuée à certains agents du ministère de l’Equipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer (abrogé mais utile à la compréhension).
  • Décret 2002.147 du 7 février 2002 relatif aux modalités de rémunération ou de compensation des astreintes et des interventions de certains personnels gérés par la Direction générale de l’administration du ministère de l’Intérieur.
  • Décret 2002.148 du 7 février 2002 relatif aux modalités de rémunération ou de compensation des permanences au bénéfice de certains personnels gérés par la Direction générale de l’administration du ministère de l’Intérieur.
  • Décret 2001.623 du 12 juillet 2001 pris pour l’application de l’article 7-1 de la loi 84.53 et relatif à l’ARTT dans la FPT.
  • Décret 2000.815 du 25 août 2000 relatif à l’ARTT dans la Fonction publique de l’Etat
  • Arrêté ministériel du 3 novembre 2015 fixant les taux des indemnités et les modalités de compensation des astreintes et des interventions des personnels affectés au ministère de l’intérieur ;
  • Arrêté du 14 avril 2015 fixant les montants de l’indemnité d’astreinte et la rémunération horaire des interventions aux ministères chargés du développement durable et du logement.
  • Arrêté du 14 avril 2015 fixant les conditions de compensation horaire des heures supplémentaires aux ministères chargés du développement durable et du logement.
  • Arrêté du 14 avril 2015 fixant les taux de l’indemnité de permanence aux ministères chargés du développement durable et du logement.
  • Arrêté du 24 août 2006 fixant les taux de l’indemnité d’astreinte attribuée à certains agents du ministère des Transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer.
  • Arrêté du 18 juin 2003 fixant les taux de l’indemnité de permanence attribuée à certains agents du ministère de l’Equipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer.
  • Arrêté du 3 mai 2002 pris pour l’application du décret 2000-815 du 25 août 2000 relatif à l’aménagement et à la réduction du temps de travail dans la Fonction publique de l’État en ce qui concerne certains personnels du ministère de l’Equipement, des transports et du logement.
  • Circulaire DGCL - NOR/MCT/B/05/10009/C du 15 juillet 2005 : Mise en œuvre de la rémunération et de la compensation des astreintes et des permanences des agents territoriaux.
Retour au sommaire

Introduction

Pris en application du décret 2001.623 du 12 juillet 2001, le décret 2005.542 du 19 mai 2005 vient fixer les modalités de la rémunération ou de la compensation des astreintes et des permanences dans la Fonction publique territoriale.

Paru au JORF du 27 mai 2005, il entre en vigueur le 28 mai 2005.

Ce décret renvoie pour partie au dispositif applicable aux agents de l’Etat tel que défini par les textes mentionnés dans les références ci-dessus.

Cette circulaire entend éclaircir les dispositions applicables aux agents en situation d’astreinte ou de permanence.

Pour les généralités sur le temps de travail et notamment la définition du « temps de travail effectif » la circulaire du CDG relative à la durée et à l’organisation du temps de travail peut être consultée utilement en complément de la présente circulaire.

Retour au sommaire

1. Astreintes et permanences : régime commun à tous les cadres d’emplois

Les principes généraux applicables aux agents des collectivités territoriales sont désormais fixés par le décret 2005.542 du 19 mai 2005. Les dispositions concernant les astreintes et permanences sont applicables à tout agent titulaire, non titulaire ou stagiaire. Cependant les agents techniques relèvent d’un régime spécifique (voir II).

1.1 – Définitions

L’article 2 du décret 2005.542 donne les définitions de l’astreinte et de la permanence.

1.1.1 – L’astreinte

Sans être à la disposition permanente et immédiate de son employeur, l’astreinte est la période pendant laquelle l’agent est soumis à deux contraintes :

  1. Demeurer à son domicile ou à proximité ;
  2. afin d’être en mesure d’intervenir pour effectuer un travail au service de sa collectivité.

Si l’agent doit intervenir pendant cette période d’astreinte, sont considérés comme un temps de travail effectif :

  • La durée de cette intervention ;
  • le déplacement aller et retour sur le lieu de travail, le cas échéant.

Tant la durée d’astreinte que la durée éventuelle d’intervention durant l’astreinte font l’objet d’une rémunération ou d’une compensation.

1.1.2 – La permanence

La permanence correspond à l’obligation faite à un agent :

  • De se trouver sur son lieu de travail habituel, ou un lieu désigné par son chef de service ;
  • pour nécessité de service ;
  • un samedi, un dimanche ou lors d’un jour férié.

Il faut souligner que cette définition est restrictive puisque la permanence ne peut intervenir que les samedis, dimanches ou jours fériés. En revanche, cette restriction n’existe pas pour l’astreinte.
Ainsi faut-il considérer que toutes les interventions sollicitées pendant la semaine et hors jour férié doivent relever du régime de l’astreinte.

1.2 – Régime applicable

1.2.1 – Le régime

L’article 5 du décret 2001.623 du 12 juillet 2001 dispose que c’est à l’assemblée délibérante de déterminer, après avis du Comité Technique (CT), « les cas dans lesquels il est possible de recourir à des astreintes, les modalités de leur organisation, et la liste des emplois concernés et décide de leur indemnisation ». L’organe délibérant décide également des modalités d’indemnisation par référence aux modalités et taux applicables aux services de l’Etat.

De même, l’article 9 du décret 2001.623 prévoit qu’il est de la compétence de l’organe délibérant de déterminer, après avis du CT, « les autres situations dans lesquelles des obligations liées au travail sont imposées aux agents sans qu’il y ait travail effectif ou astreinte », également par référence aux modalités et taux applicables aux services de l’Etat. Ce dispositif est applicable aux permanences.

Aussi revient-il à l’assemblée délibérante de définir, après consultation du CT :

  1. les cas de recours aux astreintes et permanences ;
  2. les modalités de leur organisation ;
  3. la liste des emplois concernés ;
  4. leurs modalités de rémunération et/ou compensation.

1.2.2 – Différences de modalité selon la filière

Cependant, aux termes de l’article 3 du décret 2005.542 les modalités de rémunération et de compensation des astreintes et permanences sont différentes selon la filière d’appartenance de l’agent.
La rémunération et la compensation des astreintes et permanences sont déterminées par référence aux dispositifs applicables aux agents de l’Etat comme suit :

  • pour la filière technique : décret 2003.545 du 18 juin et décret 2015-415 du 14 avril 2015 ;
  • pour toutes les autres filières : décret 2002.147 et décret 2002.148 du 7 février 2002.

1.2.3 – Exclusions

L’article 3 du décret 2005.542 reprend les exclusions des dispositifs des décrets 2002.147, 2002.148, 2015-415.

Il précise ainsi que dès lors qu’un agent bénéficie du versement de l’indemnité d’astreinte ou de permanence il ne peut bénéficier d’un autre mode de rémunération des astreintes et permanences effectuées.
De plus, un agent ne peut se voir verser cette indemnité d’astreinte s’il bénéficie (voir pour plus de détails les circulaires correspondantes) :

1.3 – Un choix alternatif : rémunération ou compensation

1.3.1 – Principe de non cumul

1.3.1.1 – Indemnité ou repos

Dès lors qu’il participe à une période d’astreinte ou de permanence, l’article 1er du décret 2005.542 dispose que l’agent bénéficie d’’une indemnité ou à défaut d’un repos compensateur.

En aucun cas un agent ne peut pour une même période d’astreinte ou de permanence bénéficier d’une rémunération et d’un repos compensateur.

Cependant, le dispositif des décrets 2003.363 et 2003.545 ne prévoit pas de possibilité d’attribution de repos compensateur. Aussi, les agents de la filière technique ne peuvent prétendre qu’à la rémunération de leur période de permanence et d’astreinte et en aucun cas à un repos compensateur (hormis le cas de la compensation d’une intervention pendant l’astreinte pour les agents ne relevant pas du régime de l’IHTS : voir 2.3.3).

1.3.1.2 – Conciliation du régime indemnitaire avec le régime des astreintes et permanences

Une même période de travail effectif ne peut être rémunérée à deux titres différents.

Il convient de veiller à ce qu’une même période d’astreinte ou de permanence ne fasse pas l’objet d’une double rémunération : une au titre du dispositif relatif aux astreintes et permanences, l’autre au titre du régime indemnitaire.

En effet, le risque existe de voir se juxtaposer le régime des astreintes et permanences avec un élément du régime indemnitaire ayant une même finalité, notamment celui des Indemnités Horaires pour Travaux Supplémentaires (cf. circulaire CDG 77 « Régime indemnitaire » en son point concernant les IHTS). Pour les agents de la filière technique, il n’est pas prévu d’indemnité spécifique en cas d’intervention effectuée pendant l’astreinte, hormis pour les agents non éligibles au bénéfice des IHTS soit les ingénieurs (voir le 2.3.3 de la présente circulaire). Par contre, une intervention réalisée durant une astreinte, si elle n’a pas été compensée (par une indemnité ou un repos) et si elle a donné lieu à la réalisation d’heures supplémentaires, peut être rémunérée, au titre de ces heures supplémentaires, par des IHTS, sous réserve que l’agent remplisse les conditions exigées pour pouvoir en bénéficier (article 9 du décret 2002-60).

Il importe donc de préciser les limites de chaque régime, notamment à l’occasion de la nouvelle délibération à intervenir (cf 1.2).

1.3.2 – Modalités de rémunération ou de compensation

Selon la filière concernée, le régime de rémunération est différent.
Voir les parties 2.3 et 3.3 de la circulaire pour le détail de ces modalités.

Retour au sommaire

2. Astreintes et permanences : dispositif applicable à la filière technique

Aux termes de l’article 3 du décret 2005.542, les textes applicables à la filière technique sont les décrets 2003.363 du 15 avril 2003 et 2003.545 du 18 juin 2003 relatifs aux indemnités de permanence et d’astreinte attribuées à certains agents du ministère de l’Equipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer. Or ces textes ont été abrogés par le décret 2015-415 qui est désormais le nouveau fondement juridique de l’indemnisation des astreintes pour les agents des ministères du développement durable et du logement.

Malgré l’absence d’actualisation du texte territorial qui renvoie à un décret et un arrêté désormais abrogés, il semble cohérent d’appliquer dès à présent le nouveau régime des ministères du développement durable et du logement.

Avant l’intervention du décret 2005.542, l’application du régime des astreintes était soumis au principe de correspondance entre corps et cadres d’emplois résultant du décret 91.875 du 6 septembre 1991 et seuls certains cadres d’emplois pouvaient en bénéficier.

Désormais, la nouvelle approche retenue par l’article 3 du décret 2005.542 envisage l’application du régime des agents du ministère de l’Equipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer à tous les agents de la filière technique, sans aucune restriction puisqu’aucun cadre d’emplois n’est ni mentionné ni exclu.

2.1 – Astreintes

2.1.1 – Activités concernées

Le décret 2003.363 (abrogé) appréciait la notion d’astreinte par rapport aux situations envisagées à l’article 3 de l’arrêté du 3 mai 2002 pris pour l’application du décret 2000.815 du 25 août 2000 relatif à l’ARTT.

Comme il a été précisé précédemment (cf. 1.2) il revient donc à l’assemblée délibérante de définir les cas de recours aux astreintes, les modalités de leur organisation ainsi que la liste des emplois concernés et leur rémunération.

2.1.1.1 – Astreinte d’exploitation

L’article 1er I. du décret 2003.363 abrogé envisageait « l’astreinte d’exploitation » et renvoie aux cas de figure envisagés par l’article 3 de l’arrêté du 3 mai 2002.

Les agents doivent être en mesure d’intervenir pour mener des actions préventives ou curatives sur les infrastructures (surveillance par exemple). Elle concerne les missions suivantes :

  • Prévention des accidents imminents ou réparation des accidents intervenus sur les infrastructures et leurs équipements, aux équipements publics et aux matériels ;
  • surveillance des infrastructures.

Cet article ne visait que des personnels de catégorie C et B de l’Etat. Il semble donc que cette « astreinte d’exploitation » ne concerne que les agents de catégorie C et B non encadrants de la filière technique à contrario de l’astreinte de décision réservée aux personnels encadrants (voir ci-dessous).

2.1.1.2 – Astreinte de décision

L’article 1er. II du décret 2003.363 (abrogé) définissait une « astreinte de décision » réservée au personnel d’encadrement, sans définir pour autant cette catégorie d’agent. A la lecture de cet article 1er. II « l’astreinte de décision » semble réservée au personnel encadrant, qui de ce fait ne peut prétendre à « l’astreinte d’exploitation ». Cette astreinte est subordonnée à la possibilité d’être joint par le préfet ou les services d’administration centrale, aussi la question se posait de savoir si ce dispositif était transposable aux collectivités territoriales.

Dans une réponse à cette interrogation, la DGCL (Direction Générale des Collectivités Locales) a apporté un positionnement éclairant cette question. La DGCL considère que le décret 2003.363 « prévoit effectivement une astreinte de décision pour les personnels d’encadrement qui doivent pouvoir être joints par le préfet - en l’occurrence, pour les agents territoriaux, il s’agira de l’autorité territoriale - afin d’arrêter les dispositions nécessaires ».

Les personnels d’encadrement doivent pouvoir être joints par l’autorité territoriale aux fins de s’assurer le concours des services en cas d’évènements imprévus se produisant en dehors des heures normales d’activité du service. Sont concernées les missions suivantes :

  • Prévention des accidents imminents ou réparation des accidents intervenus sur les infrastructures et leurs équipements, aux équipements publics et aux matériels ;
  • surveillance des infrastructures ;
  • gardiennage des locaux et des installations ou matériels administratifs et techniques.

L’astreinte de décision concerne uniquement les personnels d’encadrement. Il appartient à l’organe délibérant de les identifier. En l’absence de définition légale, la notion de personnel d’encadrement peut notamment se définir selon les grades prévus par les statuts particuliers et l’organisation interne de la collectivité (organigramme).

Au regard des statuts particuliers, les grades concernés peuvent être :

  • les ingénieurs territoriaux ;
  • les techniciens territoriaux ;
  • les agents de maîtrise.
2.1.1.3 – Astreinte de sécurité

L’article 1er III du décret 2003.363 (abrogé) envisageait « l’astreinte de sécurité » qui peut potentiellement concerner « les fonctionnaires de toute catégorie », soit tous les agents de la filière technique y compris le personnel encadrant.

Les agents sont appelés à participer dans une logique d’action renforcée à un plan d’intervention dans le cas d’un besoin de renforcement en moyens humains faisant suite à un évènement soudain ou imprévu (ex : situation de crise, inondations, fortes tempêtes…).

Sont concernées les missions suivantes :

  • Prévention des accidents imminents ou réparation des accidents intervenus sur les infrastructures et leurs équipements, aux équipements publics et aux matériels ;
  • surveillance des infrastructures ;
  • gardiennage des locaux et des installations ou matériels administratifs et techniques.

2.1.2 – Taux de l’indemnité d’astreinte

2.1.2.1 – Détermination des taux

Les taux sont désormais fixés par un arrêté du 14 avril 2015.

Le nouvel arrêté n’apporte toujours pas de précision sur les dates et heures de début et de fin des périodes d’astreinte, n’envisageant que des périodes. Le décret 2015-415 revalorise l’indemnité d’astreinte (sauf pour l’astreinte de sécurité, montants inchangés) et différencie l’astreinte d’exploitation de celle de sécurité qui jusqu’alors étaient rémunérées au même taux.

Vous retrouverez les nouveaux montants relatifs à ces indemnités à l’annexe 1.

2.1.2.2 – Date d’entrée en vigueur

Le décret 2015-415 du 14 avril 2015 et les arrêtés l’accompagnant entrent en vigueur le 17 avril 2015.

2.1.2.3 – Majoration du taux

L’article 2 de l’arrêté du 24 août 2006 maintenait le dispositif selon lequel « lorsque l’agent est prévenu de sa mise en astreinte pour une période donnée moins de 15 jours francs avant le début de cette période » les montants de l’indemnité d’astreinte sont majorés de 50 %.

Il en est de même pour le nouveau dispositif issu du décret 2015-415 puisque l’arrêté du 14 avril 2015 en son article 3 précise que « l’astreinte de sécurité ou d’exploitation qui est imposée avec un délai de prévenance inférieur à quinze jours francs de sa date de réalisation entraîne une majoration du taux de l’indemnisation de 50 % ».

2.2 – Permanences

Le décret 2003.545 (abrogé) appréciait également la notion de permanence par rapport aux situations envisagées à l’article 3 de l’arrêté du 3 mai 2002 pris pour l’application du décret 2000-815 du 25 août 2000 (arrêté abrogé en 2010).
Comme il a été précisé précédemment (cf. 1.2) il revient à l’assemblée délibérante de définir les cas de recours aux permanences, les modalités de leur organisation ainsi que la liste des emplois concernés et leur rémunération.

2.2.1 – Taux

Ces taux sont fixés par l’arrêté du 14 avril 2015 qui abroge celui du 18 juin 2003. Les taux relatifs aux permanences correspondent aux taux définis pour les astreintes d’exploitation multipliés par 3.

Vous retrouverez les montants relatifs à ces indemnités à l’annexe 1 de la présente circulaire.

2.2.2 – Exclusions

L’indemnité d’astreinte ou d’intervention et le repos compensateur ne peuvent pas être attribués (article 3 du décret 2005-542 et article 2 du décret 2002-147) :

  • Aux agents qui bénéficient d’une concession de logement par nécessité absolue de service ;
  • aux fonctionnaires percevant la nouvelle bonification indiciaire attribuée aux fonctionnaires détachés sur certains emplois administratifs de direction ;
  • par analogie avec les dispositions applicables à l’État, cette indemnité ne peut être cumulée avec tout autre dispositif particulier de rémunération des astreintes, des interventions ou des permanences.

Ainsi, elle ne peut être cumulée avec l’indemnité de permanence ni avec les indemnités horaires pour travaux supplémentaires.

2.3 – Modalités de rémunération des astreintes et permanences

2.3.1 – Sommes forfaitaires

Comme il l’a été précisé dans la partie 1.3 ci-dessus, les périodes de permanences et astreintes effectuées par le personnel relevant de la filière technique ne peuvent faire l’objet que d’une rémunération pour les agents éligibles aux IHTS.

Cette rémunération correspond à une somme forfaitaire variant selon le jour concerné et la durée. Vous retrouverez les montants relatifs à ces indemnités à l’annexe 1 de la présente circulaire.

En revanche, le décret 2014-415 apporte quelques nouveautés concernant la rémunération des interventions pendant les astreintes en matière de repos compensatoires (voir ci-dessous).

2.3.2 – Rémunération des interventions

Le décret 2003.363 ne définissait aucune modalité de rémunération pour les interventions ayant lieu pendant les périodes d’astreinte.

Néanmoins, le 1er alinéa de l’article 2 du décret 2005.542 définissant l’astreinte précise expressément que « la durée de cette intervention est considérée comme un temps de travail effectif ».
Comme toute période de temps de travail effectif, celle-ci doit donc faire l’objet d’une rémunération.

Pour la définition du travail effectif nous vous renvoyons à la circulaire du Centre de gestion relative à l’organisation et à la durée du temps de travail (1.1.2 – Définition du travail effectif).

Les interventions effectuées pendant la période de permanence constituent un travail effectif rémunéré normalement, ou en cas de dépassement des 35 heures, en IHTS, si l’agent y est éligible. Il convient de distinguer 2 cas, celui des ingénieurs et celui des agents de catégorie B et C (les ingénieurs n’étant pas éligibles aux IHTS et bénéficiant désormais d’un nouveau cadre réglementaire).

Pour les agents appartenant à un cadre d’emplois éligible aux IHTS, les heures d’intervention sont donc rémunérées sur la base des heures supplémentaires du régime des IHTS.

Pour les agents non éligibles aux IHTS, soit les ingénieurs territoriaux, il existe une possibilité d’indemnisation des interventions réalisées pendant les périodes d’astreinte tout autant qu’une possibilité de repos compensateur (non cumulables) pendant ces mêmes périodes.

Les interventions effectuées à l’occasion d’une période d’astreinte peuvent être ainsi rémunérées :

  • 16 euros pour une intervention effectuée un jour de semaine ;
  • 22 euros pour une intervention effectuée une nuit, un samedi, un dimanche ou un jour férié.

Une même heure d’intervention ne peut donner lieu à la fois à un repos compensateur et à une rémunération (article 4 du décret 2015-415 du 14 avril 2015).

Les agents éligibles aux IHTS (catégories B et C) ne peuvent bénéficier ni de l’indemnité d’intervention, ni du repos compensateur (article 5 du décret 2015-415 du 14 avril 2015).

Complément d’information : voir la circulaire « Essentiel du régime indemnitaire » en son point 5 « IHTS ».

2.3.3 – Repos compensateur des interventions effectuées sous astreinte

Le repos compensateur comme l’indemnité d’intervention sont réservés aux agents de la filière technique non éligibles au bénéfice des IHTS, il s’agit donc en l’état du droit des ingénieurs territoriaux (articles 4 et 5 du décret 2015-415 du 14 avril 2015).

La durée du repos compensateur est égale au temps de travail effectif majoré dans les conditions suivantes (arrêté ministériel du 14 avril 2015) :

  • 25% pour les heures effectuées le samedi ou un jour de repos imposé par l’organisation collective du travail ;
  • 50% pour les heures effectuées la nuit ;
  • 100% pour les heures effectuées le dimanche ou un jour férié.

Les jours et heures du repos compensateur sont fixés par le responsable de service, compte tenu du vœu de l’intéressé et des nécessités du service.

Les repos compensateurs ainsi accordés doivent être pris dans un délai de six mois après la réalisation des heures supplémentaires ayant donné droit à ces repos (article 3 de l’arrêté du 14 avril 2015).

Retour au sommaire

3. Astreintes et permanences : dispositif applicable aux filières autres que technique

Aux termes du décret 2005.542, les textes applicables à l’ensemble des autres filières sont les décrets 2002.147 et 2002.148 du 7 février 2002 relatifs aux modalités de rémunération ou de compensation des astreintes, des interventions et des permanences de certains personnels gérés par la Direction générale de l’administration du ministère de l’Intérieur.

Les cas d’astreintes et permanences définis par les décrets 2002.147 et 2002.148 ne pouvant trouver d’application dans les collectivités territoriales que très résiduellement, et comme il a été précisé précédemment (voir 1.2) il revient donc à l’assemblée délibérante de définir les cas de recours aux astreintes et permanences, les modalités de leur organisation ainsi que la liste des emplois concernés et leur rémunération.

3.1 – Astreintes

L’article 2 du décret 2002.147 reprend le principe selon lequel « la rémunération et la compensation en temps des astreintes sont exclusives l’une de l’autre, ainsi que du bénéfice de tout autre dispositif particulier d’indemnisation des astreintes, des interventions, des télé-interventions et des permanences ».

Un arrêté du 3 novembre 2015 (NOR : INTA1523834A) fixe les taux applicables aux astreintes relevant du régime du décret 2002.147.

Vous retrouverez les montants relatifs à ces indemnités et les modalités de repos compensateurs à l’annexe 2 de la présente circulaire.

3.2 – Permanences

L’article 3 du décret 2002.148 reprend également le principe selon lequel « la rémunération et la compensation en temps sont exclusives l’une de l’autre, ainsi que du bénéfice de tout autre dispositif particulier de rémunération ou de compensation des permanences, des astreintes ou des interventions ».

Un arrêté du 7 février 2002 (NOR : INTA0100805A) fixe les taux applicables aux permanences relevant du régime du décret 2002.148.

Vous retrouverez les montants relatifs à ces indemnités à l’annexe 2 de la présente circulaire.

3.3 – Modalités de rémunération ou de compensation (repos)

Pour les filières autres que technique, la période de permanence donne droit soit à une indemnisation forfaitaire soit à un repos compensateur.

Le décret 2002.147 envisage la rémunération des astreintes différemment.
L’agent concerné reçoit une rémunération forfaitaire à laquelle peuvent venir s’ajouter certains éléments.

Au forfait vient s’ajouter le cas échéant la rémunération ou la compensation des périodes d’intervention, ayant lieu durant cette période d’astreinte. Les montants et compensations sont fixés par heure d’intervention, et varient selon le jour et selon le moment de la journée.

Vous retrouverez les modalités de repos compensateurs et les montants relatifs à ces indemnités à l’annexe 2.

Retour au sommaire

4. Cotisations applicables en cas d’astreinte ou permanence

L’article 1er du décret 2005.542 précise que l’indemnité d’astreinte ou de permanence n’est pas soumise à retenue pour pension.

De ce fait, la rémunération des astreintes et permanences n’entre pas dans l’assiette des cotisations de retraite et de sécurité sociale des fonctionnaires affiliés à la CNRACL.

En revanche, elle entre dans l’assiette des cotisations au régime général de sécurité sociale et à l’IRCANTEC pour les agents non titulaires et les fonctionnaires à temps non complet qui en relèvent.

Néanmoins, et conformément au décret 2004.569 du 18 juin 2004, comme toute prime ou indemnité, la rémunération des astreintes et permanences est soumise à retenue au titre du régime de la Retraite Additionnelle de la Fonction Publique (RAFP).

Pour les agents relevant du régime général (agents non titulaires et fonctionnaires à moins de 28 heures hebdomadaires), les indemnités entrent dans l’assiette des contributions et cotisations dues au régime général et à l’IRCANTEC. Elles sont soumises à la CSG, CRDS et au 1% solidarité.

Pour tous les bénéficiaires, ces indemnités entrent donc dans l’assiette de la CSG, de la CRDS et de la contribution de solidarité et elle est soumise à l’impôt sur le revenu.

Retour au sommaire

*Annexe 1 - Filière technique : montants des astreintes et de l’indemnité de permanence

Références :

  • Arrêté du 14 avril 2015 fixant les montants de l’indemnité d’astreinte et la rémunération horaire des interventions aux ministères chargés du développement durable et du logement ;
  • Arrêté du 14 avril 2015 fixant les taux de l’indemnité de permanence aux ministères chargés du développement durable et du logement.

1. Montant des astreintes

Type de servitudeAstreintes de sécurité (2)Astreintes de décision Astreintes d’exploitation (2)
Semaine complète (1) 149,48 € 121 € 159,20 €
Nuit entre le lundi et le samedi ou la nuit suivant un jour de récupération 10,05 € 10 € 10,75 €
Astreinte fractionnée inférieure à 10 heures 8,08 € 10 € 8,60 €
Astreinte couvrant une journée de récupération 34,85 € 25 € 37,40 €
Week-end, du vendredi soir au lundi matin 109,28 € 76 € 116,20 €
Samedi 34,85 € 25 37,40 €
Dimanche ou un jour férié 43,38 € 34,85 € 46,55 €

(1) Par « semaine complète » il semble qu’il faille entendre 7 jours.
(2) Ces montants sont augmentés de 50% si l’agent est prévenu moins de 15 jours francs avant le début de l’astreinte (non applicable au personnel d’encadrement).

2. Montant de l’indemnité de permanence

Pour les agents relevant des cadres d’emplois de la filière technique, le montant de l’indemnité de permanence est fixé à trois fois celui de l’indemnité d’astreinte d’exploitation. Il convient donc de multiplier les montants de la 3ème colonne ci-dessus par 3.

Ces montants sont augmentés de 50% si l’agent est prévenu moins de 15 jours francs avant le début de la permanence.

Retour au sommaire

*Annexe 2 - Filières autres que techniques : montants et compensations pour astreintes ou permanences

Références :

  • Arrêté ministériel du 3 novembre 2015 – NOR : INTA1523834A ;
  • Arrêté ministériel du 7 février 2002 – NOR : INTA0100805A.
Rémunération
Type de servitudeDuréeMontants
Astreintes Semaine complète 149,48 €
Une nuit de semaine 10,05 €
Du vendredi soir au lundi matin 109,28 €
Du lundi matin au vendredi soir 45 €
Un samedi 34,85 €
Un dimanche ou un jour férié 43,38 €
Interventions durant la période d’astreinte (ne s’applique pas aux permanences) L’heure de semaine : 16 €
L’heure, le samedi (majoration de 25%) : 20 €
L’heure, une nuit (majoration de 50 %) : 24 €
L’heure, un dimanche ou un jour férié (majoration de 100 %) : 32 €
Permanences Samedi : la journée 45 €
Samedi : la ½ journée 22,50 €
Dimanche et jour férié : la journée 76 €
Dimanche et jour férié : la ½ journée 38 €
Repos compensateur
Type de servitudeDuréeCompensation
Astreintes Semaine complète 1 journée ½
Du vendredi soir au lundi matin 1 journée
Un samedi, un dimanche ou un jour férié ½ journée
Du lundi matin au vendredi soir ½ journée
Une nuit de semaine 2 heures
Interventions durant la période d’astreinte (ne s’applique pas aux permanences) L’heure : les jours de semaine et le samedi Nb d’heures de travail effectif x 10 %
L’heure : les nuits, dimanches et jours fériés Nb d’heures travail effectif x 25 %
Permanences Nombre d’heures de travail effectif* Majoré de 25 %*

* Exemple : 8 heures de permanence équivalent à un repos compensateur de 10h.

Le repos compensateur est majoré par l’application d’un coefficient de 1,5 si l’agent est prévenu moins de quinze jours avant la date de réalisation de l’astreinte.

Retour au sommaire

Générer cette page en pdf | Imprimer la page